Réduction mammaire, ptôse mammaire et lifting des seins

L’hypertrophie mammaire correspond à un volume des seins trop important par rapport à la morphologie de la patiente. Cet excès de volume peut être associé à un affaissement des seins ou ptôse mammaire.

Réduction mammaire, ptôse mammaire et lifting des seins

Title:

Description:

Réduction mammaire à Bordeaux

En général, une poitrine lourde et tombante entraîne une gêne fonctionnelle avec dorsalgies, eczéma suintant du sillon sous mammaire, mais aussi esthétique (difficulté de trouver des vêtements adaptés, vie personnelle perturbée, etc.).

La réduction mammaire a pour but de réduire le volume des seins (>300gr), les remonter et les regalber.

Le lifting des seins a pour objectif de remonter et regalber les seins. Parfois, on peut enlever un peu de volume (<300gr) lorque le sein paraît trop gros. Ou on peut rajouter du volume (par prothèses ou par graisse), lorsque la ptôse est associée à une hypotrophie mammaire.


Durée d’intervention
de 1h45 à 3h30
Anesthésie
générale
Gêne sociale
de 1 à 2 semaines
Fourchette de prix
de 2000 à 5500 €
Fiche info CG5
Réduction mammaire à Bordeaux

En général, une poitrine lourde et tombante entraîne une gêne fonctionnelle avec dorsalgies, eczéma suintant du sillon sous mammaire, mais aussi esthétique (difficulté de trouver des vêtements adaptés, vie personnelle perturbée, etc.).

La réduction mammaire a pour but de réduire le volume des seins (>300gr), les remonter et les regalber.

Le lifting des seins a pour objectif de remonter et regalber les seins. Parfois, on peut enlever un peu de volume (<300gr) lorque le sein paraît trop gros. Ou on peut rajouter du volume (par prothèses ou par graisse), lorsque la ptôse est associée à une hypotrophie mammaire.


Durée d’intervention
de 1h45 à 3h30
Anesthésie
générale
Gêne sociale
de 1 à 2 semaines
Fourchette de prix
de 2000 à 5500 €
Fiche info CG5

Réduction mammaire

Qu’est-ce qu’une hypertrophie mammaire ?

L’hypertrophie mammaire est définie par un volume des seins trop important par rapport à la morphologie de la patiente. Cet excès de volume est en général associé à un affaissement des seins (ptôse mammaire) et parfois à un certain degré d’asymétrie. L’hypertrophie mammaire implique presque toujours un retentissement physique et fonctionnel (douleurs du cou, des épaules et du dos, gêne pour la pratique des sports, difficultés vestimentaires).

Il existe aussi fréquemment un retentissement psychologique notable.

Ces troubles justifient la prise en charge par l’assurance maladie lorsque le poids de résection est supérieur à 300 grammes.

Les étapes d’une réduction des seins réussie

L’intervention chirurgicale a pour but la réduction du volume des seins, la correction de la ptôse et d’une éventuelle asymétrie, afin d’obtenir deux seins harmonieux en rapport avec la morphologie de la patiente.

L’intervention réalise l’ablation du tissu glandulaire en excès. On conserve un volume en harmonie avec la silhouette de la patiente et conforme à ses désirs. Ce volume glandulaire résiduel est ascensionné, concentré et remodelé. Il faut ensuite adapter l’enveloppe cutanée, ce qui impose de retirer la peau en excès de manière à assurer une bonne tenue et un bon galbe aux nouveaux seins.

Les berges de la peau ainsi découpées sont alors suturées : ces sutures sont à l’origine des cicatrices. Elles ont souvent la forme d’un T inversé avec trois composantes :

Péri-aréolaire : au pourtour de l’aréole entre la peau brune et la peau blanche.
Verticale : entre le pôle inférieur de l’aréole et le sillon sous-mammaire.
Horizontale : dissimulée dans le sillon sous-mammaire et de longueur proportionnelle à l’importance de l’hypertrophie et de la ptôse.

Parfois, notamment lorsque l’hypertrophie et la ptôse sont modérées, on peut réaliser une méthode dite “verticale” qui permet de supprimer la cicatrice transversale dans le sillon sous-mammaire et de réduire la rançon cicatricielle à ses composantes péri-aréolaire et verticale.

Une plastie mammaire pour hypertrophie peut être effectuée à partir de la fin de la croissance et au-delà, pendant toute la durée de la vie. Une grossesse ultérieure est bien évidemment possible ainsi qu’un allaitement, mais on conseille d’attendre au moins six mois après l’intervention. Le risque de survenue d’un cancer n’est pas augmenté par cette intervention.

L’intervention consiste à retirer de la peau et du tissu glandulaire sous le sein et dans la profondeur, au contact du plan musculaire.

Avant l’intervention

  • Un bilan préopératoire habituel est réalisé conformément aux prescriptions.
  • Le médecin anesthésiste sera vu en consultation au plus tard 48 heures avant l’intervention.
  • Outre les examens préopératoires habituels, il peut être utile de vérifier l’imagerie mammaire (mammographie, échographie).
  • Aucun médicament contenant de l’aspirine ne devra être pris dans les 10 jours précédant.

Le déroulement du lifting des seins

  • L’intervention se déroule sous anesthésie générale, dure 2 à 3 heures et nécessite une nuit d’hospitalisation.
  • Les tissus enlevés sont systématiquement adressés à un laboratoire spécialisé pour être examinés au microscope (examen histologique).
  • En fin d’intervention, un pansement modelant, avec des bandes élastiques en forme de soutien-gorge, est confectionné.

Après l’opération

  • Les suites opératoires sont en général peu douloureuses, ne nécessitant que des antalgiques simples. Un œdème et des ecchymoses des seins, ainsi qu’une gêne à l’élévation des bras sont fréquemment observés.
  • Le premier pansement est retiré au bout de 48 heures et remplacé par un pansement plus léger.
  • La sortie a lieu le lendemain de l’intervention. Un soutien gorge de compression est à porter nuit et jour pendant 1 mois puis 12 heures par jour pendant 15 jours supplémentaires.
  • La patiente est revue en consultation à 1 semaine et à 15 jours. Les fils de suture sont résorbables.
  • Il convient d’envisager une convalescence et un arrêt de travail d’une durée de 8 à 15 jours.
  • On conseille d’attendre un à deux mois pour reprendre une activité sportive.

Le résultat final

  • Il ne peut être jugé qu’à partir d’un an après l’intervention : la poitrine a alors le plus souvent un galbe harmonieux, symétrique ou très proche de la symétrie, et naturel.
  • Au-delà de l’amélioration locale, cette intervention a en général un retentissement favorable sur l’équilibre du poids, la pratique des sports, les possibilités vestimentaires et l’état psychologique.
  • Il convient simplement d’avoir la patience d’attendre le délai nécessaire à l’atténuation des cicatrices et d’observer pendant cette période une bonne surveillance, au rythme d’une consultation environ tous les trois mois pendant un an.
  • Le sein opéré est un sein qui reste naturel et sensible, notamment aux variations hormonales.

Lifting des seins

Qu’est-ce qu’une ptôse mammaire ?

La ptôse mammaire est définie par un affaissement de la glande et un relâchement de la peau qui l’enveloppe. Le sein est en position trop basse et vidé à sa partie supérieure.

La ptôse peut exister d’emblée mais survient le plus souvent après un amaigrissement important ou au décours d’une grossesse avec allaitement. Elle survient également avec l’âge et le relâchement naturel de la peau.

Elle peut être isolée : on parle alors de “ptôse pure”. Elle peut aussi être associée à un certain degré d’hypertrophie mammaire. On peut à l’inverse observer une ptôse mammaire dans le contexte d’un sein trop petit (hypoplasie ou hypotrophie mammaires).

Il existe différents degrés de ptôse :

  • Légère : le sein commence à chuter et le mamelon est au niveau du sillon sous mammaire.
  • Modéré : le mamelon est en dessous du sillon sous mammaire.
  • Sévère : le mamelon regarde vers le bas.

Cette classification permet d’adapter les techniques chirurgicales et les cicatrices en fonction du degré de ptôse.

Les étapes d’un lifting mammaire réussi

Le lifting mammaire a pour but de redonner du galbe aux seins et de remonter la poitrine. L’intervention permet également d’éliminer le surplus cutané et de redraper les seins.

Les objectifs d’un lifting de sein sont de :

  • Remonter le sein et replacer l’aréole dans sa position idéale.
  • Redonner une forme harmonieuse au sein.
  • Corriger le volume du sein si nécessaire : réduire le volume (au delà de 300 gramme retiré par sein, on parle de réduction mammaire), ou l’augmenter (par prothèse ou lipofilling).

Avant l’intervention

  • Avant l’intervention, il est nécessaire de réaliser une première consultation avec le chirurgien. Le patient explique alors ses besoins, et le chirurgien analyse en détail la poitrine du patient. Ainsi, il pourra proposer un traitement adapté à votre morphologie mais aussi à l’importance de la ptôse.
  • Un bilan préopératoire habituel est réalisé conformément aux prescriptions.
  • Le médecin anesthésiste sera vu en consultation au plus tard 48 heures avant l’intervention.
  • Outre les examens préopératoires habituels, il peut être utile de vérifier l’imagerie mammaire (mammographie, échographie).
  • Aucun médicament contenant de l’aspirine ne devra être pris dans les 10 jours précédant.

Le déroulement du lifting des seins

  • L’intervention se déroule sous anesthésie générale, et dure 2 à 3 heures. Elle peut être réalisée en ambulatoire ou en hospitalisation d’une nuit.
  • Dans un premier temps, le praticien effectue les marques des incisions sur votre corps à l’aide d’un feutre chirurgical.
  • Il procède ensuite aux incisions, qui doivent être les plus courtes possibles, et replace l’aréole et le mamelon.
  • Il remonte ensuite la glande mammaire et enlève l’excédent cutané et redrape la peau autour de la glande mammaire.
  • A la fin de l’opération, le praticien suture les incisions à l’aide d’un fil résorbable. Si cela est nécessaire, le praticien peut également poser des drains.

Après l’opération

  • Les suites opératoires sont en général peu douloureuses, ne nécessitant que des antalgiques simples.
  • Un œdème et des ecchymoses des seins, ainsi qu’une gêne à l’élévation des bras sont fréquemment observés.
  • Le premier pansement est retiré au bout de 48 heures et remplacé par un pansement plus léger.
  • La sortie a lieu le lendemain de l’intervention.
  • Un soutien gorge de compression est à porter nuit et jour pendant 1 mois puis 12 heures par jour pendant 15 jours supplémentaires.
  • La patiente est revue en consultation à 1 semaine et à 15 jours. Les fils de suture sont résorbables.
  • Il convient d’envisager une convalescence et un arrêt de travail d’une durée de 8 à 15 jours.
  • On conseille d’attendre un à deux mois pour reprendre une activité sportive.

Le résultat final

  • Les résultats sont visibles immédiatement après l’opération (seins plus ronds, raffermis et positionnés plus hauts).
  • Cependant, le résultat final nécessite d’attendre 6 mois pour que l’œdème et les ecchymoses se résorbent, et 1 an pour que les cicatrices deviennent quasiment indétectables.
  • Les cicatrices sont en “ancre de marine” ou T inversé : 1 cicatrice horizontale dans le sillon sous mammaire, 1 autour de l’aréole et 1 verticale entre le sillon sous mammaire et l’aréole.
  • Dans certains cas, la cicatrice dans le sillon sous mammaire peut-être évitée en cas de ptôse modérée.
  • La technique dite du “round block” avec une cicatrice uniquement péri-aréolaire peut s’envisager en cas de ptôse très modérée.

Risques et imperfections de résultat d’une réduction ou d’un lifting mammaire ?

Il s’agit essentiellement des cicatrices, qui font l’objet d’une surveillance attentive : il est fréquent qu’elles prennent un aspect rosé et gonflé au cours des deuxième et troisième mois postopératoires ; au-delà, elles s’estompent en général progressivement pour devenir, avec le temps, peu visibles (elles ne disparaissent jamais complètement).

Les chirurgiens de la clinique George V de Bordeaux vous proposeront le laser urgoTouch qui permet de diminuer au maximum la phase inflammatoire et d’obtenir les cicatrices les plus discrètes possibles. Des séances de LED seront également conseillées.

Il ne faut pas oublier que si c’est le chirurgien qui réalise les sutures, la cicatrice, elle, est le fait de la patiente.
Parfois, il peut persister une asymétrie des seins, qu’il s’agisse du volume, de la hauteur, de la taille ou de l’orientation des aréoles. Dans tous les cas, une correction chirurgicale secondaire peut être faite, mais il convient d’attendre au moins un an ou deux.

Ainsi, dans la très grande majorité des cas, cette intervention, bien étudiée au préalable et correctement réalisée, donne un résultat très appréciable en terme de confort, même si la rançon cicatricielle inévitable en reste le principal inconvénient.

Il ne faut pas surévaluer les risques, mais simplement prendre conscience qu’une intervention chirurgicale, même apparemment simple, comporte toujours une petite part d’aléas. Le recours à un chirurgien plasticien qualifié vous assure que celui-ci a la formation et la compétence requises pour savoir éviter ces complications, ou les traiter efficacement le cas échéant.


Avant
Après




Vous découvrir à nouveau






Vous découvrir à nouveau





+33 (0) 5 35 54 97 27

163 Boulevard George V, 33000 Bordeaux

Prendre RDV avec le Dr Drossard

Prendre RDV avec le Dr Fleury


+33 (0) 5 35 54 97 27

163 Boulevard George V, 33400 Bordeaux

Prendre RDV avec le Dr Drossard

Prendre RDV avec le Dr Fleury



© Copyright 2020 Clinique George V par agence Le Chirurgien Digital – tous droits réservés.




© Copyright 2020 Clinique George V par agence Le Chirurgien Digital – tous droits réservés.